11 Avril 2015
75920 visites
Ecologie

Anglet, du sable plus qu'il n'en fallait - 3/6

Après ce petit survol de la côte angloye avec des cartes anciennes, rentrons maintenant dans le détail avec des constats précis qui confirment les premières impressions

Le grand chantier du détournement de l'Adour et les péripéties qui en découlent, ont eu le mérite de laisser derrière eux de nombreux récits d'ingénieurs témoignant de l’évolution du trait de côte angloy au cours de cette période

 

 

 

 

 

B- Des constats scientifiques au nord de la côte angloye.

Voici l'historique des aménagements à l’embouchure du fleuve entre 1578 et 1978:

 

Aménagement de l'Embouchure de l'Adour

Schéma J: Historique des endiguements à l'embouchure de l'Adour de 1578 à 1978, (J.-L. DELORME, Le port de Bayonne 1978)

 


Après le détournement de l'Adour, les ingénieurs du Génie Militaire se sont appliqués à construire des digues, les unes à la suite des autres et toujours plus à l'ouest pour canaliser la sortie du fleuve dans l'axe que lui avait donné Louis de Foix en 1578 (schéma J). A partir de 1808, les ingénieurs des Ponts et Chaussées reprennent la tâche et doivent à leur tour lutter en permanence contre le débordement des sables venant de la côte nord.(carte F) et (5) et (27, p97)

J-C DELORME relève dans son étude "Le port de Bayonne"(7), que les ingénieurs des Ponts et Chaussées ont conclu que les plages, avec la dérive littorale, avaient progressé en même temps que les ouvrages d’endiguement et que le phénomène avait duré jusqu’en 1892.

J.J.A. Bouquet de La Grye, célèbre ingénieur hydrographe des côtes françaises, dans un rapport pour le ministre de la Marine, s'interroge à son tour en 1861 sur les travaux de la Barre de l’Adour: « Les aménagements de l'embouchure du fleuve stopperont-ils l'ensablement et l'avancée de la terre sur la mer liés à l'arrivée massive du sable du nord vers le sud?" Sa conclusion est "évidemment non !" et il ajoute que "le pis d'arriver serait de rajouter quelques mètres tous les vingt ans aux digues de l'embouchure!"(8)

Sur le schéma J, on aperçoit les deux tours de pilotage construites à 132 ans d'intervalle. Si l'on mesure la distance qui les séparent aujurd'hui, on trouve une longueur de 640 mètres.

 

distances entre les deux tours des signaux

Photo K: Entrée de l'Adour en 2006, origine Google Earth

 


La première tour de guidage fut construite en 1734 pour aider visuellement les navires à franchir la Barre. 132 ans plus tard, suite à l'avancée de la terre sur la mer, une nouvelle tour de guidage est nécessaire et construite plus à l'ouest pour offrir une meilleure visibilité aux navires en approche suite à l'avancée de la terre sur la mer. (Photo K)

Dessin antérieur à 1850 de Blanche Hennebutte.

Première tour de guidage construite en 1734Deuxième tour de guidage construite en1866

Le même endroit, photographié en 2013. L’ancienne tour fut démontée et sert, aujourd’hui, de capitainerie du port .

 

En 1869, les Ponts et Chaussées font le point des connaissances sur l'évolution de l'embouchure de l'Adour:

 

1869 Ponts & Chaussées archives départementales de Pau

 

Dessin L extrait des relevés établis par les ingénieurs des Ponts et Chaussés, publiés en 1869 (Archive départementale de Pau, Fond de la préfecture Sous Série 4 S 202, Service Maritime)

Les tracés colorés et datés du dessin L correspondent aux différents traits de côte relevés à l'embouchure de l'Adour sur 5 périodes. Au fur et à mesure que les années s'écoulent, on voit nettement que la terre gagne sur la mer à un rythme moyen de 2 mètres par an au nord et de 4,5 mètres par an au sud et ce, pendant les 170 années observées. L’embouchure de l’Adour est bien en phase d’engraissement jusqu‘à la fin du 19ème siècle! Ce fait important va à l'encontre des idées reçues, comme le précisait P-Y Landouer, ingénieur à la DDE de Bayonne en 1990.(14)

Les terrains gagnés sur la mer au nord d'Anglet sont énormes. Ils seront utilisés dans un premier temps pour y faire pousser des vignes, avant qu'on y implante l'hippodrome de la barre en 1870. Rien n'inquiète le propriétaire de ce nouveau terrain de jeu, qui fait construire des tribunes et des écuries, dos à l'océan entre la plage et le champs de course! (voir carte I)

 

 

Hippodrome de la barre début 1900

L'hippodrome de La Barre début 1900, construit sur les terres nouvellement formées et composées uniquement de sable.

 

Entre 1578 et 1892, l'accumulation excessive de sable sur les plages d'Anglet aura permis de gagner près de l'embouchure plus de 900 mètres de terre sur l'océan, créant ainsi des lacs, des surfaces dunaires et des terrains boisés.
Au prochain épisode, nous verrons d'autres constats scientifiques concernant la Chambre d'Amour!

L'équipe SosLa

 

(5) Monsieur Vionnois, ingénieur des Ponts et Chaussées au service du port et faisant partie de la commission spéciale crée en 1837 chargé de rechercher les moyens d'améliorer l'entrée du port de Bayonne, Annales des Ponts et Chaussées, BNF, 1858 "Histoire de l'Adour".
(7) J-C DELORME 1978 "Le port de Bayonne" IV centenaire du détournement de l’Adour.
(8) Jean Jacques Anatole Bouquet de La Grye "Rapport Pont et Chaussées 1861" Archive départementale de Pau, Fond de la préfecture Sous Série 4 S 202, Service Maritime.
(14) Pierre Yves Landouer, DDE de Bayonne "Défense du littoral d'Anglet, Golfe de Gascogne : un exemple dans une zone à forte houle. Bulletin 1990 n 71, page 40-49.
(27) M. F. Morel, "Bayonne, vues historiques et descriptives" 1836

 

 

Source : SOS LITTORAL ANGLOY

 

Bacalao
Anglet Surf Info -  Ecologie