02 Mai 2015
74395 visites
Ecologie

Anglet, du sable plus qu'il n'en fallait - 5/6

III- Evolution de la côte Angloye de 1896 à nos jours:

A partir de 1896, les services maritimes de Bayonne signalent que la phase d'engraissement des plages d'Anglet s'arrête.(14) Mais qu'a-t-il bien pu arriver d'anormal pour que l'évolution au sud de l'embouchure de l'Adour soit aussi perturbée?

 

 

 

 

 

 

A- Les premiers désordres côtiers qui confirment le début d'une érosion artificielle:

Après avoir formulé sa demande à l'Etat en 1892, et après des essais satisfaisants en 1893 et 1894, la Chambre de Commerce de Bayonne obtient l'autorisation de pratiquer le dragage continue de la barre de l'Adour dès 1896.

 

 

 

 

 

dragage embouchure de l'adour

"Schéma Q montrant le lien direct entre la zone de dragage et l'érosion du rivage par glissement. (Extrait du film "Le Sable, enquête sur une disparition" de D. Delestrac)

 


Ces travaux retirent chaque année 350 000 mètres cubes de sable de la barre de l'Adour, pour être abandonné au large dans une zone de non retour. (2 et 11 page 40). C'est l'équivalent du volume de la Tour Montparnasse qui disparaît tous les ans avec des pics à 900 000 mètres cubes comme en 1904.(25) Ainsi, si le transit du sable dérivant des Landes vers les plages d'Anglet existait bien devant l'Adour, il est désormais altéré.(14) La disparition du sable marin provoque un effondrement des petits fonds se traduisant par une érosion des plages adjacentes. A terme, ce sont les plages plus au sud de la côte qui vont se trouver impactées. (Schéma Q)

A partir du 1er Février 1897, un arrêté préfectoral autorise les extractions industrielles de sables et de graviers au sud de l'embouchure dans un intervalle de 25 à 225 mètres en dessous du niveau de la laisse des hautes mers. Quelques années plus tard, cette activité sera autorisée des deux cotés du fleuve.(12 et Photos R) Ainsi, 100 000 m3 de graviers disparaîtront tous les ans du littoral par la terre.

Embouchure de l'Adour extraction de madrague littorale

Photos R: Vue aérienne dans les années 50 des machines à extraire le sable de chaque côté de la sortie de l'Adour.

 


.

Au total, on retire en moyenne 500 000 mètres cubes de sable annuellement, soit l'équivalent de 41 000 camions-benne! Les techniques d'extraction de madrague se perfectionnant avec le temps,les volumes de sable qui seront prélevés devant les plages seront en constante augmentation!!(23)
Malgré cela, la côte nord de l'embouchure de l'Adour continue à s'engraisser au même rythme qu'avant grâce à la dérive littorale, mais au sud de l'embouchure, les plages d'Anglet, elles, accusent le coup et marquent les premiers reculs au début du 20ème siècle.(22)

 

 

Entre 1896 et 1953, les sondages du service hydrographique de la Marine constatent une inversion de l'évolution des profondeurs de la côte Angloye avec un recul de 3 à 4 mètres au niveau des petits fonds situés entre -7 à -3 mètres de profondeur.(1; 13) Entre 1898 et 1959, les services des Ponts et Chaussées notent un recul de 50 mètres de la laisse de pleine mer à 400 mètres au sud de l’ Adour.(13) La comparaison des limites du domaine maritime entre 1931 et 1954 conduit à une érosion de 50 à 75 mètres des plages d’Anglet.(13) Entre 1952 et 1963, c'est à dire au cours de la décennie qui a précédé la construction de la digue nord, le trait de côte a reculé de 35 mètres en moyenne correspondant à un recul de 3 à 4 mètres par an, sur une longueur de plus de 2 km au sud de l'embouchure. Ces résultats sont confirmés par les photos aériennes de l'Institut Géographique National effectuées en 1938, 1954, et 1962.(1; 13) P.Y. Landouer écrit en 1990: "Depuis cette époque (1886), le transport sédimentaire vers le sud semble non seulement avoir été interrompu, mais les plages d’Anglet ont aussi commencé à s’éroder".(14)

 

 

Entre 1896 et 1953, J-C DELORME écrit que la totalité des sables dragués à l'embouchure représente 18 500 000 mètres cube en ordre de grandeur. Les matériaux étaient déversés à 2 ou 3 km de la côte dans l'ouest de la passe d'entrée où ils ne tardaient pas à former un haut fond à -12 ou -14 mètres, là où il existait initialement des profondeurs de plus de 20 mètres!(7)

 

 

Les premiers dégâts causés par ce recul artificiel sont reportés lors de la tempête du 9 Janvier 1924 à la petite Chambre d'Amour. Cette violente intempérie fait date dans les annales locales en emportant le quai de la promenade ainsi que l'établissement de bain construit en arrière.

 

 

Petite chambre d'Amour 1911

petite Chambre d'Amour

Comparatif de la plage de la petite Chambre d'Amour avant et après la fameuse tempête de 1924.(En haut, photo S de 1911, en bas, photo T de 1929)

 


L'ancien établissement bâti en 1884 a été balayé par les vagues et reconstruit plus en arrière (Photo T). La plage est descendue de plusieurs mètres de haut et présente désormais des falaises vives, signe d'une forte érosion. La végétation devant le quai a littéralement disparu. Le recul de la côte est estimé à une trentaine de mètre entre la prise des deux photos. L'érosion des plages devient concrète pour les habitants. Mais en connaissent-ils vraiment la cause?

 

Rappelez-vous en 1872 (épisode 4), soit 50 ans plutôt, l'Etat attribuait une bande de terre à la commune d'Anglet suite à l’avancée perpétuelle des plages d'Anglet sur la mer. (schéma P)

chambre d'amour 1896 archives départementale de Pau

Schéma P: extrait des relevés établis par les ingénieurs des Ponts et Chaussés publiés en 1896. (Archive départementale de Pau, Fond de la préfecture Sous Série 4 S 202, Service Maritime)

 


En 1928, un autre quai voit le jour, mais cette fois-ci, à la Chambre d'Amour, pour le projet en front de mer d'un "Club sélect" avec piscine. Quelques années après, ce quai sera prolongé vers le nord jusqu'à la plage des Corsaires pour créer une route littorale. Jamais les investisseurs de l'époque n'auraient pu imaginer que l'écologie des plages avait été tant perturbée par les activités humaines à l'entrée de l'Adour. Pour la ville d’Anglet, ce mur de soutien sera, à l'avenir, le témoin d'une avancée inexorable de la mer sur la terre. Cela se traduit dans un premier temps par des désensablements réguliers au pied du mur, avant de voir apparaître les premières dégradations sérieuses en 1963. Certes, sa construction aura accéléré l'érosion de la plage en stoppant les échanges sédimentaires entre le rivage et les dunes, mais si les plages avaient continué leur avancée naturelle sur la mer, sous l’accumulation permanente du sable que l'océan livrait quotidiennement, ce mur serait devenu une curiosité de plus en plus éloignée des vagues.

 

 

La plage du Club au début des années 30, quelques années après l'édification du mur de soutien. A cette époque et depuis 1896, les plages d'Anglet reculent d'un mètre par an .

Plage du Club vers 1960

plage du  Club entre 1930-1935

La plage du Club au tout début des années 60 avec bien moins de sable

 


La plage du Club s'est décaissée au fil des décennies et le phénomène s'accélère. Sauter depuis le quai est devenu dangereux! Pour accéder à la plage, de nouveaux escaliers en bois ont été installés à la place des anciens escaliers de pierre disparus. Quelque chose se préparait-il? C'est ce que nous verrons lors de notre dernier épisode sur l'évolution des plages d'Anglet à travers le temps.

 

 

L'équipe SosLa

 

 

Bibliographie:

(*) Lire épisode 1 SoSLA: "Anglet: du sable plus qu'il-n'en fallait, la vraie histoire."
(0) S. Planton et Al. ONERC Rapport niveau de la_mer: "Le climat de la France au XXIe siècle"
(1) C. Mignot et J. Lorin "Evolution du littoral de la côte des Landes et du Pays Basque au cours des dernières années".
(2) A. Alexandre BRGM RP-52370-FR "Etude de l'érosion de la côte basque: synthèse bibliographique".
(3) F. Jaupart "L'embouchure de l'Adour et ses variations après le détournement" Soc. SC L.A. Bayonne
(4) Jean Dubranna, Thèse universitaire de génie civil 2007 "Etude des échanges sédimentaires entre l'embouchure de l'Adour et les plages adjacentes d'Anglet."
(5) Monsieur Vionnois, ingénieur des Ponts et Chaussées au service du port et faisant partie de la commission spéciale crée en 1837 chargé de rechercher les moyens d'améliorer l'entrée du port de Bayonne, Annales des Ponts et Chaussées, BNF, 1858 "Histoire de l'Adour".
(6) L'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées 1867, Aliénation d'une carrière par la commune d'Anglet Archive départementale de Pau, Fond de la préfecture Sous Série 4 S 202, Service Maritime.
(7) J-C DELORME 1978 "Le port de Bayonne" IV centenaire du détournement de l’Adour.
(8) Jean Jacques Anatole Bouquet de La Grye "Rapport Pont et Chaussées 1861" Archive départementale de Pau, Fond de la préfecture Sous Série 4 S 202, Service Maritime.
(9) Jean Thore, "Promenade sur les côtes du golfe de Gascogne ou aperçu topographique, physique et médical des côtes occidentales de ce même golfe".
(10) Ferdinand de la Roche Poncié, "Recherches hydrographiques sur le régime des côtes", cinquième cahier de 1870 à 1878.
(12) L'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées, Rapport pour le préfet" 1897 Archive départementale de Pau, Fond de la préfecture Sous Série 4 S 202, Service Maritime.
(13) S. MANOUJIAN et C.MIGNIOT "un exemple des difficultés de protection du littoral contre l'érosion marine" 1978.
(14) Pierre Yves Landouer, DDE de Bayonne "Défense du littoral d'Anglet, Golfe de Gascogne : un exemple dans une zone à forte houle." Bulletin 1990 n 71, page 40-49.
(16) Christophe Brière, Thèse universitaire de génie civil 2005 "Etude de l’hydrodynamique d’une zone côtière anthropisée: l’embouchure de l’Adour et les plages adjacentes d’Anglet
(17) Etude monographique des fleuves et grandes rivières de France 12/2003 "Le bassin versant de l'Adour".
(21) Nicolas Flanbergue, extrait de la peinture de 1612, Archive Médiathèque de Bayonne.
(22) Aymeric Bayle, Article Sosla de 2014, "Embouchure de l Adour, pourquoi si peu de sable du côté des plages de Tarnos, épisode 2".
(23) Aymeric Bayle, Article Sosla de 2014, "Embouchure de l'Adour, pourquoi si peu de sable du côté des plages de Tarnos, épisode 3".
(25) H. Cavaillès, Annales de Géographie :"Le port de Bayonne" 15 Janvier 1907.
(27) M. F. Morel, "Bayonne, vues historiques et descriptives" 1836

 

Source : SOS LITTORAL ANGLOY

 

 

Bacalao
Anglet Surf Info -  Ecologie