23 Mai 2018
2421 visites
Ecologie

Point érosion au 17/05/2018

L'hiver 2017-2018, pour le littoral angloy, a été plutôt calme! Des trois plus importantes tempêtes qui ont frappé la côte, la plus grosse est survenue tardivement à la fin du mois de Mars

avec 1 pic de houle XXL de 11,2 mètres pour une période de 12 secondes relevé à la bouée ouest Arcachon. Heureusement, il n'y a eu aucun dégât grâce à un faible coefficient de marée

 

 

 

 

 

Les plages ont donc été moins soumises à l’érosion des vagues. Pour rappel, la drague Hondarra a clapé durant les 12 derniers mois essentiellement devant les plages de l’Océan et des Dunes. L’année précédente, c’était devant les plages des Corsaires et de la Madrague. Cela a-t-il eu un bénéfice pour ces plages? C’est ce que nous allons voir:

 

 

Voici l’analyse comparative, plage par plage, de l’évolution sableuse de la côte angloye au printemps de ces trois dernières années, à marée basse, avec une hauteur d’eau de 0.62 mètre le 17 Mai 2018 (coef 102), une hauteur d’eau 0.43 mètre le 27 Avril 2017 (coef 109) et une hauteur d’eau de 0.48 mètre le 8 Mai 2016 (coef 111) sachant que cette année, la hauteur d’eau est 0.19 cm plus haute que l’année précédente.

 

 

 

 

  • Au sud d’Anglet:

 

-Plage de la petite Chambre d’Amour vue depuis pointe St Martin ( photos 2018-2017-2016)

 

vvf2

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

vvf 0805 2016

 

La plage de la petite Chambre d’Amour, de manière générale, parait stabilisée en 2018 par rapport à 2017. Des lentilles de sables apparues en 2017 semblent s’être conservées sur la zone qui découvre à marée basse.

 

-Petite Chambre d’Amour vue depuis la pointe Chambre d’Amour (photos 2018-2017-2016)

 

vvf3

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

vvf2

 

Avec un profil très proche de celui de 2017, ces photos confirment l’impression d’une tendance à la stabilisation en 2018.

 

La plage du Club: (photos 2018-2017-2016)

 

club

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

club 0805 2016

 

La plage du Club offre cette année un magnifique banc de sable à marée basse alors qu’elle était dans la tourmente, voire même dans une phase de recul sédimentaire en 2017. Une énorme baïne s’était alors installée devant le rivage sur toute la plage, rejetant les bancs au large.

 

La plage des Sables d’Or vue depuis la pointe Chambre d’Amour: (photos 2018-2017-2016)

 

sables

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

sable d'or 0805 2016

 

La aussi, la situation sédimentaire s’est bien améliorée en 2018 par rapport à 2017. Deux lentilles de sable ont émergé à marée basse.

 

La plage des Sables d’Or vue de profil depuis la digue du Club: (photos 2018-2017-2016)

 

sable

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

sable d'or digue2 0805 2016

 

Le haut de la plage s’est nettement désensablé, constat visible grâce à l’ancien émissaire dont les blocs sont réapparus. Pour rappel, au printemps 2015, cette plage avait connu un fait similaire mais depuis, le sable était revenu se déposer dans cette partie haute.

 

Ainsi, on a l’impression que pour le sud des plages, la situation sédimentaire s’est bien améliorée par rapport à l’année dernière, alors que la drague Hondarra n’est pas venue au droit de ces plages depuis plus de 2 ans…!

 

 

 

 

 

  • Au centre d’Anglet:

 

-Plages des Corsaires et de la Madrague vues depuis la pointe Chambre d’Amour: (photos 2018-2017-2016)

 

central

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

cote nord 0805 2016

 

L’arrivée de sable qui s’était produite en 2017 sur les bancs de marée basse de ces deux plages s’est sensiblement maintenue.

 

Toujours étonnant, la plage de Marinella semble encore subir une submersion de sable par dessus la digue du même nom provenant de la plage des Corsaires. (?)

 

Plage de la Madrague vue depuis le bas de l’estran: (photos 2018-2017-2016)

 

madrague b

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

madrague

 

En Mars 2015, l’enrochement de la Madrague était enseveli sous le sable. Il était réapparu en 2016 et cette tendance s’était confirmée au printemps 2017. En 2018, l’épi semble être à nouveau mangé par la plage… Le haut de plage est bien plus bombé qu’en 2017. La visibilité depuis les postes de secours s’est dégradée. Que se passe-t-il?

 

 

 

 

  • Au nord d’Anglet:

 

Plages des Cavaliers, des Dunes et de l’Océan vues depuis la Barre: (photos 2018-2017-2016)

 

cavaliers 2018

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

cavallier 0805 2016

 

Les photos sont sombres, mais on note quand même que le rivage des plages nord à reculé en 2018 et que le haut des plages parait plus haut et plus bombé...

 

 

 

Conclusion:

 

Le sud du littoral s’est bien amélioré en 2018 alors que la drague n’est pas venue au droit des plages depuis plus de deux ans. Au centre de la côte, l’embellie constatée sur les petits fonds l’année dernière s’est stoppée en 2018, là même où la drague a travaillé tout au long de l’année 2016. Au nord, un recul est même perceptible en 2018 alors que cela fait 12 mois que la drague travaille sans relâche devant les plages de l’Océan et des Dunes…

 

 

A la veille de l’été 2018, aucun effet positif pour les rivages de l’Océan, des Dunes et des Cavaliers même avec un travail de 14 mois de clapage côtier. Plus troublant encore, là où un engraissement est constaté, la drague n’est pas venue depuis plus de 2 ans. Les clapages sont-ils effectués suffisamment près de la côte pour que les plages en tirent rapidement un bénéfice? Ou peut-être qu’une certaine inertie dans les éléments fait qu’une plage ne bénéficie du clapage que plusieurs années après que celui-ci soit effectué? Probablement un peu des deux!


 

 

L’équipe SosLa

 

 

Bacalao : Anglet Surf Info - Ecologie